Article du 2 novembre 2020

PME, pourquoi faut il créer votre site Internet

14 min
En ces temps de re-confinement disposer d’un site internet ou – a minima – d’un moyen dématérialisé sur lequel les clients peuvent commander constitue un gage de survie. Surtout pour les magasins qui doivent fermer boutique et peuvent simplement proposer des solutions de click and collect. Cet article se penche sur le retard de la France en la matière, les solutions et aides proposées par l’Etat. Ainsi que les éléments indispensables à retrouver sur votre boutique en ligne : socle technique performant, bon référencement, qualité rédactionnelle des fiches produits, facilités de commande, tarifs de livraison…

PME et sites internet : la France à la traîne

En France 34% des PME ne disposent pas d’un site internet. C’est en tout cas ce que révèle une étude de Sortlist, plateforme de mise en relation entre entreprises et agences marketing, menée en 2020 auprès de 500 PME dans toute l’Europe. C’est d’autant plus vrai pour les structures générant un revenu annuel inférieur à 100 000 euros. Ce qui est le cas de nombreux commerces de proximité contraints de fermer lors des épisodes de confinement.

Commerçants et PME : pourquoi créer votre site internet ?

Quelle utilité revêt la présence sur internet lorsque l’on a un commerce ou une PME ? De multiples raisons peuvent être invoquées :
  • Continuer à vendre vos produits et/ou services même si votre boutique fait l’objet d’une fermeture administrative en raison d’une pandémie. C’est le cas des restaurants, des bars, des librairies, des fleuristes ou encore des magasins de vêtements et de cosmétiques.
  • Toucher des clients qui n’auraient pas forcément poussé la porte de votre boutique.
  • Mettre en avant vos produits, vos services et votre expertise et ainsi accroître votre notoriété.
  • Multiplier vos canaux de vente et maintenir ou augmenter votre chiffre d’affaires : magasin physique, site internet, Google Shopping…

Digitalisation des commerces : des aides de l’Etat insuffisantes ?

L’Etat propose différentes aides pour la digitalisation des commerces. Ou en tout cas elles sont annoncées dans le plan de relance à hauteur de 100 millions d’euros via une aide directe ou un crédit d’impôt. Rien de concret donc pour l’heure puisque rien n’est encore acté. La seule mesure en fonctionnement est l’autorisation pour les commerces, frappés par une fermeture administrative, de pratiquer ce que l’on appelle le click and collect. Le principe ? Vos clients commandent leurs produits par téléphone ou par internet. Et viennent le chercher à l’extérieur du magasin sans que celui-ci soit ouvert. C’est, en quelque sorte, un système de drive.

Ma ville mon shopping : une bonne solution digitale ?

Le gouvernement a tout de même mis en place une plateforme digitale en partenariat avec La Poste. Baptisée Ma Ville Mon Shopping, elle permet aux commerçants de créer leur page sur internet et d’y proposer leurs produits. Le paiement est géré par la plateforme. Vos clients peuvent aussi payer en magasin avec le click and collect. Du côté de la livraison, elle est assurée par les facteurs et la solution Stuart. Vous pouvez aussi livrer vous-même. Pendant le premier confinement la plateforme ne prenait pas de commission. Lors du déconfinement, la commission est passée à 9% hors taxe du prix TTC du produit. On ignore, pour l’heure, ce qu’il en est pour le re-confinement.

Les inconvénients de Ma Ville Mon Shopping

Si la plateforme Ma Ville Mon Shopping est une solution d’urgence qui peut un peu sauver les meubles, elle ne semble pas pertinente comme solution numérique à plus long terme. Principale raison ? Vous n’êtes pas maître de la pérennité de la plateforme. Elle peut fermer ou cesser ses activités sans que vous le décidiez.
Assez gênant également : vous ne bénéficiez pas d’un site internet dédié. Ainsi les URL sont de la forme https://www.mavillemonshopping.fr/fr/ville/ville/nom-du-magasin ou https://www.mavillemonshopping.fr/fr/ville/ville/nom-du-magasin/nom-du-produit. Ce qui n’est pas favorable au référencement de votre site dans Google. Prenons un exemple : admettons que je sois à Nantes et que je veuille commander une crêpe pour le goûter. Je connais une bonne crêperie qui s’appelle la crêperie Saint-Léonard. Je tape alors son nom dans Google. Sa page sur Ma Ville Mon Shopping n’est qu’en 8e position. Même chose pour Le Balafon, maroquinerie et vendeur de bijoux également à Nantes. Toutefois cette boutique possède un e-commerce avec la fonctionnalité click and collect qui se positionne en 1re position mais avec le nom de domaine (adresse du site) : https://le-balafon.com/. On voit ici l’intérêt d’avoir un site internet à son nom propre, en tout cas pour la visibilité.

Les solutions conseillées par le gouvernement pour créer son site internet

Sur sa page dédiée aux solutions e-commerces le gouvernement liste les principales solutions pour vendre en ligne. On appelle cela des CMS (content management system). Et autant dire d’emblée que tous les CMS proposés ne se valent pas. La plupart sont payants comme Wizishop ou Kiubi. D’autres sont très bridés au niveau du référencement, un vocable qui rassemble toutes les techniques qui permettent de se positionner dans Google. Et donc d’être visible de vos clients et d’en attirer de nouveaux. C’est le cas de Shop Application et de Rapidly. Le premier a été testé par nos soins. Le second n’affiche pas d’argumentaire SEO. En auditant rapidement deux des sites présentés sur la page d’accueil de Rapidly on se rend compte qu’il y a d’énormes manques :
  1. Des fiches produits qui ne disposent pas d’une page dédiée et s’ouvrent en pop-up.
  2. Une obligation de se connecter avant d’accéder aux fonctionnalités de commande.
  3. Des éléments pour le seo non optimisés : balises metas absentes, URL mal construites, h1 multiples…
  4. Des pages catégories sans contenu…
Dans la liste proposée seuls Prestashop et Shopify, dans une moindre mesure, semblent tirer leur épingle du jeu. A condition de vous faire accompagner par une agence d’experts, tant pour la création de votre site que pour votre référencement. Rares sont les solutions clés en main vraiment performantes.

Quels ingrédients faut-il pour être visible en ligne et attirer des visiteurs ?

Mais alors quels ingrédients faut-il pour accroître sa présence sur internet ? Plutôt qu’une solution miracle, il s’agit davantage de multiples actions indispensables.

Avoir un site internet a son nom attractif et pratique

Il est indispensable d’avoir un site internet à votre nom. Par exemple si vous vendez des bijoux artisanaux et que votre boutique s’appelle Clémence vous pouvez choisir un nom de domaine du type bijoux-artisanaux-clemence.fr. Quelques critères techniques doivent être présents :
  • Un site en HTTPS : la plupart des hébergeurs vous le proposent gratuitement.
  • Un site compatible mobile.
  • Des URL propres. Par exemple votre catégorie bijoux ethniques doit être accessible avec une URL du type bijoux-artisanaux-clemence.fr/bijoux-ethniques et non bijoux-artisanaux-clemence.fr/#bijoux-ethniques ou bijoux-artisanaux-clemence.fr/bijoux-ethniques_12345685
  • Un design sobre et un menu avec un nombre d’items réduit se focalisant sur vos catégories principales.
  • Une page d’accueil avec un contenu qui explique ce que vous pouvez apporter à vos clients. N’oubliez pas de mentionner vos atouts : click and collect, livraison à domicile… Vous pouvez aussi mettre en avant vos top produits et vos promotions.

Travailler ses fiches produits

Pour un e-commerce, les fiches produits constituent le nerf de la guerre. Elles doivent être riches et contenir des informations exhaustives. Vous devez donner envie à vos clients d’acquérir votre produit. Et leur expliquer pourquoi ils devraient acheter votre référence plutôt qu’une autre. Le must est d’afficher des avis clients qui sont de véritables arguments de vente.
Ne négligez pas pour autant la page à propos de votre boutique. C’est elle qui va vous différencier de vos concurrents. Vous pouvez utiliser la technique du storytelling qui consiste à immerger l’internaute dans votre univers : comment l’idée d’ouvrir votre boutique a-t-elle germé ? Pourquoi lui avez-vous donné ce nom ? Comment choisissez-vous vos produits ? Sont-ils artisanaux ? Autant de questions auxquelles vous pouvez répondre dans cette page.

Disposer d’un site optimisé pour le référencement

Pour que vos futurs clients vous trouvent, il faut que vous soyez visible. Et avant tout dans le moteur de recherche Google, qui reste le leader incontesté en France. Cela passe par l’utilisation des techniques de référencement ou de SEO (terme anglais qui signifie Search Engine Optimization). Nous vous donnons ci-dessous les principales optimisations à mettre en place :
  • Renseignez vos balises title et meta description. Ce sont les données qui s’affichent dans les résultats de recherche (SERP).
  • Donnez un titre explicite à vos pages catégories et produits. Par exemple préférez Bijou traditionnel de Côte d’Ivoire plutôt que rêves d’Afriques comme titre principal (h1) de votre page produit. Il doit toujours être explicite.
  • Rédigez du contenu contenant le mot-clé principal de votre page.
  • Veillez à la cohérence du balisage Hn (un seul h1, puis des h2 et des h3 pour structurer la page).
  • Liez vos pages entre elles. Par exemple liez votre page catégorie bijoux ethniques avec vos autres pages sous-catégorie : bijoux africains, bijoux asiatiques…Ainsi que ces sous-pages entre elles.
Cette liste n’est pas exhaustive. N’hésitez pas à vous entourer d’un spécialiste pour vous accompagner.

Profiter d’un site qui se charge rapidement

Pour que vos clients ne quittent pas immédiatement votre site, il faut que les pages se chargent rapidement. Selon Dareboost, entreprise française qui commercialise un outil d’analyse du temps de chargement, 67% des acheteurs en ligne abandonnent leur panier si le site est trop lent. En outre un site qui se charge en plus de 5 secondes a un taux de rebond deux fois plus élevé qu’un site qui se charge en 1 seconde. Le taux de rebond correspond au pourcentage de personnes qui arrivent sur une page de votre site et la quittent sans en visiter d’autres. C’est d’autant plus important sur mobile.

Exploiter Google My Business

Google My Business vous permet d’être visible dans l’encart maps de Google. Cet affichage se déclenche lorsqu’un internaute effectue une requête géolocalisée du type magasin de bijoux Lyon. Être présent sur cet outil est donc le gage d’avoir davantage de visites et d’être trouvé plus facilement. C’est ce que l’on appelle le référencement local. Cet outil est gratuit. Google met à votre disposition un guide pour bien commencer sur Google My Business.

Travailler d’autres canaux comme Google Shopping

Outre le référencement naturel et Google My Business, d’autres canaux de visibilité peuvent être exploités. C’est le cas de Google Shopping qui est devenu, depuis peu, gratuit. Ou de Google Ads, payant, qui vous permet d’acheter des mots-clés pour être davantage visible. Ces deux derniers leviers nécessitent un peu d’expertise. N’hésitez pas à vous faire accompagner.
Créer son site internet lorsque l’on est un commerçant ou une PME a un coût non négligeable. Mais c’est un investissement d’avenir, qui va bien au-delà du contexte pandémique. La période est en train de bouleverser les habitudes de consommation, de plus en plus d’acheteurs ayant adopté l’achat à distance par obligation pérennisent ce comportent, constatant un gain de temps et une plus grande praticité.